LA MEDITATION QUI DECRISPE …

apprendre- méditer-ParisRAJEUNIR EN DOUCEUR…Yoga, acupuncture, naturopathie, massage et …méditation.

Ma contribution à l’article d’Isabelle Sansonetti paru dans le magazine ELLE  de Mars 2018 .

Décidément, la méditation sait tout faire !

 Petit extrait :

« Le stress donne mauvaise mine, le fait de l’éloigner oxygène tout notre être. Car c’est prouvé, la méditation de pleine conscience répare ce qu’il détruit dans le corps », affirme Sylvie Chabas. L’instructrice MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction) rappelle que ses bénéfices sont reconnus, surtout pour freiner le vieillissement. Une étude (publiée dans « Psychoneuroendocrinology », juin 2011) a démontré que la méditation active la sécrétion de la télomérase, enzyme qui prévient l’usure des télomères à l’extrémité de nos chromosomes, ce qui favoriserait la longévité.

Comment ça se passe.

« On s’installe dans une position stable qui permet d’être détendue mais en alerte, et on ne fait rien. Au quotidien, chaque acte est destiné à l’obtention de quelque chose, là, il faut seulement se laisser être et observer ce qui se passe, invite Sylvie Chabas, qui conseille un apprentissage guidé. C’est bien que les premières séances s’accompagnent d’un débriefing, que quelqu’un explique que c’est normal de ressentir telle ou telle chose. » La bonne attitude ? Ne pas en attendre trop ou un résultat précis, par exemple un calme à toute épreuve ou un front lisse comme après une injection de Botox. « Ce n’est pas une crème de beauté ! Méditer s’inscrit dans la durée et la régularité, un peu comme un pianiste qui fait ses gammes, même si les bénéfices ressentis peuvent être rapides, à partir d’une semaine de pratique quotidienne », encourage Sylvie Chabas (mbsr-pleine-conscience.org).

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *