Archives du mot-clé méditation

Séjour méditation de pleine conscience

Maroc -Région d’Essaouira

du 09 au 16 novembre 2019

Il n’y a pas de wifi dans la nature mais on a une meilleure connexion….

mediter,maroc,se ressourcer,

Découvrir la méditation de pleine conscience  dans un cadre unique, la campagne d’Essaouira,  un lieu retiré au milieu des champs de blé et des arganiers, l’arbre emblématique de cette région du sud du Maroc. Ou bien approfondir sa pratique et renouer avec les fondamentaux de la pleine conscience. Ce séjour de méditation, d’éveil corporel et de marche est ouvert à tous, débutants ou ayant déjà pratiqué.

Il se déroulera du  samedi 09 au samedi 16 novembre 2019

 

INFOS PRATIQUES, TARIFS et RESERVATION  

meditation-mbsr-pleine-conscience-paris-sylvie-chabas

 Dans la vie de tous les jours, nous consacrons l’essentiel de notre temps à gérer tout ce qui vient de l’extérieur : famille, travail, organisation de l’appartement, du bien-vivre, factures et  gestion du quotidien dans toutes ses dimensions …la vie sociale, les amis, les vacances…Rarement nous nous octroyons un temps pour nous, pour se poser véritablement et  voir ce qui émerge quand on se pose …
La méditation de pleine conscience n’est pas une pratique destinée seulement à se relaxer. Elle invite chacun à cheminer,  à son rythme, vers une meilleure connaissance de soi. Connaissance de son corps, des ses tensions, de ses émotions, de ses pensées, de ses ruminations et de l’impact qu’elles ont sur nos comportements, notre santé et nos vies.

Pour une participation cohérente, il est conseillé de suivre les activités proposées, une à une, comme s’il s’agissait de se laisser porter par le cadre. Sans se poser plus de questions ou avoir des attentes particulières sur ce que la méditation  est « censée » apporter

La méditation de pleine conscience est une pratique pour laquelle  il faut déployer une intention forte, de la régularité et de la patience. Tels sont les trois ingrédients de base pour méditer. Et j’en oublie un autre : ne pas juger. S’éloigner autant que possible des «  j’ai aimé » ou « j’ai pas du tout aimé » … comme on le fait tant de fois pour tout et tous les jours.

Méditer le matin sur la terrasse côté soleil levant , découvrir d’autres pratiques, en groupe,  au cours de sessions quotidiennes et aussi marcher…Etre à l’écoute de la nature , avec tous ses sens. Sentir le vent,  les parfums, les bruits, le silence … et traverser les douars alentours,  pique-niquer en pleine conscience.   Méditer le soir sur la terrasse , l’autre côté soleil couchant,  discuter un peu, pas trop, manger une cuisine saine et locale et se coucher tôt.

Revenir à son corps, ses sensations, puis à son souffle. A cette énergie vitale qu’on enfouit, bien malgré nous.

« Il n’ y a qu’une seule façon de savoir si la méditation vaut l’effort à effectuer. Apprenez à le faire correctement. Faites le. Et vous verrez par vous même. »

Hénépola  Gunaratana

 

L’écolodge Tigmy Alyom, à 20 km d’Essaouira une ancienne ferme qui faisait aussi bergerie et que Christophe, propriétaire du lieu a entièrement rénovée pour y organiser des séminaires de méditation.

Une cuisine locale, saine, végétarienne.
Des chambres au calme peu commun, rénovés avec des matériaux pleins, pierre et bois.

Aux alentours :  des sentiers de balades à découvrir, un rûcher  dans les vestiges d’une usine à sucre , des figuiers , des paysans-producteurs d’huile d’argan, le produit phare de la région.

à  20 mn en taxi, la ville d’Essaouira …

Séjour limité à 15 personnes

TARIF RESERVATION ET INSCRIPTION  

2 juillet 2017 -Conférence Fondation GoodPlanet : la méditation de pleine conscience est-elle une forme d’engagement ?

Comment prendre conscience de qui nous sommes et comment nous interagissons avec les autres et notre environnement ? Quels sont les choix et les actions significatifs que nous prenons. En quoi la méditation permet-elle de passer à l’action et de s’engager ?

Jean-Christophe Seznec, médecin psychiatre et Yen Le Van, réalisatrice du documentaire Respire, Souris, Vis et monteuse du film Home de Yann Arthus-Bertrand répondront à toutes vos questions sur la méditation de pleine conscience et ses effets concrets sur le corps et l’esprit. Continuer la lecture de 2 juillet 2017 -Conférence Fondation GoodPlanet : la méditation de pleine conscience est-elle une forme d’engagement ?

Presse : Méditation et société

. Le Monde ( Juin 2016) ITW de Christophe André, psychiatre.
« La pleine conscience permet de distinguer l’urgent de l’important » Pdf ( 318 Ko ) 

. La revue Clef ( Mars 2015 )
Plus de deux cents hôpitaux américains et des facultés de médecine aussi prestigieuses que Stanford, Duke ou Harvard pratiquent et enseignent les exercices de méditation préconisés par le Dr Jon Kabat-Zinn pour réduire le stress des traitements et les souffrances des malades. ITW La méditation selon le Dr Jon Kabat -Zinn 

.  La Croix ( Juin 2014) ITW de Fabrice Midal, Fondateur de l’Ecole Occidentale de méditation (Paris et Genève)
 » La méditation ouvre un espace pour réhumaniser le monde »
(Pdf 332 Ko) Continuer la lecture de Presse : Méditation et société

Recherche scientifiques : Méditation et immunité

Meditation-pleine-conscience-ImmunitéUne étude publiée en 2003 par Richard Davidson et Jon Kabat-Zinn  » Alterations in brain and immune function produced by mindfulness meditation » a mis en lumière le lien entre méditation et immunité.

 L’étude en question consistait à enregistrer l’activité électrique du cerveau de sujets en bonne santé avant et après un entraînement à la méditation de pleine conscience, lequel se présentait sous la forme d’un programme de réduction du stress MBSR mis au point par Jon Kabat-Zinn.

Un premier enregistrement électroencéphalographique fut effectué juste avant le début du programme-c’est à dire au bout de huit semaines d’entraînement à la pleine conscience – et un troisième quatre mois plus tard. Les résultats obtenus furent sans équivoque : comparés aux sujets d’un groupe contrôle qui n’avait pas suivi l’entraînement MBSR, les individus ayant pratiqué la pleine conscience affichaient une augmentation significative de l’activation de leur cortex préfrontal gauche, au repos et dans des situations stressantes .

Cette augmentation était associée à une amélioration de l’humeur globale, à une diminution du niveau d’anxiété, à une plus grande capacité à rester positif dans des circonstances négatives , à une facilité accrue à trouver des  solutions aux conflits et aux difficultés, à un plus grand dynamisme et à un meilleur engagement dans le travail. Et fait remarquable, tous ces changements ont persisté jusqu’à à la fin de l’étude , c’est à dire quatre mois après l’arrêt de l’entraînement à la pleine conscience. De plus, Davidson et Kabat-Zinn ont observé, chez les individus entraînés à la MBSR, une corrélation étroite entre l’accroissement de l’activité du cortex préfrontal gauche et l’augmentation de la production d’anticorps par le système immunitaire . En conclusion , cette étude montre que l’entraînement à la pleine conscience accroît les défenses de l’organisme  et joue un rôle régulateur de première importance au niveau des mécanismes psycho-corporels impliqués dans le développement des maladies et la préservation de la bonne santé.

Extrait de l’ouvrage de Thierry Janssen / Le défi positif

(Ed Les liens qui libèrent )

Recherche scientifique : Méditation et douleur

Meditation-pleine-conscience-DouleurUne heure de méditation suffirait à réduire de façon importante la douleur chronique et la perception que le cerveau peut en avoir, selon le Dr Fadel Zeidan, de l’Université Wake Forest, en Caroline du Nord. Dans le cadre d’une étude, lui et ses collègues ont noté une diminution d’environ 40% de l’intensité de la douleur et de 57% du niveau d’inconfort y étant lié chez des sujets qui n’avaient jamais médité auxquels on avait offert une formation de quatre séances de 20 minutes sur la façon de contrôler sa respiration et de faire le vide dans ses émotions et ses pensées. En comparaison, la morphine et les médicaments contre la douleur font décliner celle-ci de 25%, souligne le Dr Zeidan dans un article publié dans le Journal of Neuroscience d’avril 2011.

Ces résultats corroborent ceux du Pr Pierre Rainville, chercheur à l’Université de Montréal et à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal, publiés en 2011 dans la revue Pain. Lui et son équipe ont constaté que les adeptes de la méditation zen étaient moins sensibles à la douleur que les sujets qui ne la pratiquaient pas. «Nous avons démontré que même si ces personnes ont conscience de la douleur et semblent la ressentir, elles paraissent abréger le processus en s’empêchant d’interpréter ou d’étiqueter les différents stimuli comme douloureux», souligne le neuropsychologue.

Le Pr Rainville et son équipe ont réussi à expliquer les différences de comportement par rapport à la douleur grâce à l’imagerie par résonance magnétique. Ils ont observé que la sensation n’était pas traitée dans la zone du cerveau responsable de l’évaluation, du raisonnement et de la formation de la mémoire. Ils ont aussi noté que l’épaisseur des fibres nerveuses dans les zones relatives aux émotions et à la douleur, entre autres dans le cortex cingulaire antérieur, était plus importante chez les adeptes de la méditation. Plus les sujets ont pratiqué celle-ci longtemps, plus ces zones étaient épaisses et meilleure était leur résistance aux sensations douloureuses.

MEDITATION, DOULEURS ET SOUFFRANCE

Dans les démarches dites psycho-éducatives, on a l’habitude en médecine d’apprendre aux patients à différencier douleur et souffrance. La douleur est une réalité biologique, pouvant être corrigée par les médicaments antalgiques. La souffrance correspond à l’impact psychologique de la douleur.

Dans la méditation de pleine conscience, on encourage les patients à accepter la présence de la douleur (cela ne peut donc se faire au début qu’avec des douleurs modérées, inutile de faire preuve de stoïcisme), mais en évitant de laisser leur attention se centrer sur elle. En effet, le mouvement naturel de notre esprit, lorsque nous souffrons, est de nous focaliser sur ce qui nous fait souffrir : la douleur occupe alors seule tout l’espace de notre conscience. Lors de la « digestion »méditative de la souffrance, on s’efforce d’ouvrir l’espace de la conscience à d’autres phénomènes : prêter attention à la respiration, aux parties du corps qui ne souffrent pas, aux sons ; on s’efforce d’observer les pensées que fait naître la souffrance(« Je ne supporterai pas cela longtemps… ») avec le plus de recul possible, etc.

Plutôt que de chasser la souffrance de notre esprit, l’idée est de la « diluer » dans un contenant plus vaste, fait de l’ensemble de ce que nous ressentons, et pas seulement celui des ressentis douloureux. Inutile de préciser que cela requiert un certain entraînement…

Quand cet entraînement est régulier, les effets deviennent mesurables, tant sur la diminution subjective des sensations douloureuses, que sur leurs fondements cérébraux.

De nombreuses études de neuro imagerie ont attesté des changements entraînés par les pratiques méditatives. Ces changements peuvent être anatomiques, tel l’épaississement de l’insula, la région du cortex qui permet de décoder l’état de nos viscères associé aux expériences émotionnelles.Mais ils peuvent aussi être fonctionnels, avec des mécanismes d’action variés : plusieurs études ont montré que la moindre réactivité à la douleur résulte de deux mécanismes différents selon que l’on considère des pratiquants débutants ou confirmés. Chez les débutants, il s’agit d’un contrôle de type top down, ou de haut en bas, c’est-à-dire partant du cortex préfrontal – la structure cérébrale hiérarchiquement la plus élevée – pour limiter l’activité de l’amygdale cérébrale – appartenant au cerveau limbique, ou émotionnel. Schématiquement, cela correspond à « se calmer » par des stratégies verbales d’auto contrôle et de relativisation des douleurs ressenties.

En revanche, les méditants plus expérimentés bénéficient eux d’un contrôle de type bottom up, de bas en haut : leur cerveau « traite » les informations douloureuses à la source, au niveau de l’amygdale et des structures voisines, sans avoir besoin de stratégies verbales. C’est comme si la méditation avait amélioré la tolérance spontanée à la douleur, évitant à cette dernière de se transformer en souffrance mentale.

Source : journal Cerveau et Psycho n° 52 ( Juillet –Aout 2012)