Archives du mot-clé Thich Nhat Hanh

Thich Nhat Hanh-une vie dédiée à la pleine conscience

Tchich Nhat Hanh a placé la méditation de pleine conscience au coeur des enseignements qu’il donna jusqu’en 2013 au village des pruniers, communauté bouddhiste installée en Dordogne, ouverts aux laïcs autant qu’aux moines et qu’il fonda début des années 80.

cours-de-méditation-paris

Voici un article très fourni de la revue Bouddha News sur son  itinéraire et son engagement. On y parle de la guerre du Vietnam, de son combat pour la paix, de son exil aux Etats Unis puis en France. 

 
 
 
 

 

Thich Nhat Hanh :
Portrait du moine qui nous apprend à faire la paix avec nous-même et avec les autres

   

 
Pour quelle raison se sent-on si proche de Thich Nhat Hanh, quand on le rencontre et l’écoute, ou simplement quand on le lit ? Le monde des guides spirituels ne manque pas de grandes figures, mais rares sont celles qui posent leur humanité avec autant de transparence. Ce qu’il propose est simple et tout est là. Mais est-ce si étonnant après une pareille saga ?

 

Lire l’article complet sur Bouddha News  

 

lnter-être ou l’interdépendance de tous les phénomènes

Par Thich Nhat Hanh 

Si vous êtes poète, vous verrez clairement un nuage flotter dans cette feuille de papier. Sans nuage, il n’y aurait pas de pluie; sans pluie, les arbres ne pousseraient pas ; et sans arbre, nous ne pourrions pas faire de papier.

 

Le nuage est essentiel pour que le papier soit ici devant nous. Sans le nuage, pas de feuille de papier. Ainsi, il est possible de dire que le nuage et la feuille de papier « inter-sont ». Le mot « inter-être » ne figure pas encore dans le dictionnaire, mais en combinant le préfixe « inter » et le verbe « être », nous obtenons un nouveau verbe, inter-être. Sans nuage, nous n’aurions pas de papier ; nous pouvons donc dire que le nuage et la feuille de papier inter-sont. 
En regardant encore plus en profondeur dans cette feuille de papier, nous y voyons aussi le soleil. Sans soleil, la forêt ne pourrait pousser. En fait, rien ne pourrait pousser, nous ne pourrions nous développer. Par conséquent, nous percevons aussi la présence du soleil dans cette feuille de papier. 

Le papier et le soleil inter-sont. 

En continuant d’observer, nous découvrons également le bûcheron qui a coupé l’arbre et l’a amené à la fabrique de papier. Et nous voyons aussi le blé : nous savons que cet homme n’aurait pu vivre sans son pain quotidien. C’est pourquoi le blé qui a servi à la confection du pain dont s’est nourri le bûcheron, est présent dans cette feuille de papier. Et le père et la mère du bûcheron y sont également. Si nous observons de cette manière, nous remarquons que, sans tous ces éléments, cette feuille de papier ne pourrait exister. 

En examinant encore plus profondément, 
nous y découvrons aussi notre présence. 

Ce n’est pas difficile à voir : lorsque nous regardons cette feuille, celle-ci fait partie de notre perception. Votre esprit s’y trouve et le mien aussi. Par conséquent, nous pouvons dire que tout est présent dans cette feuille de papier. Il vous sera impossible de me montrer une seule chose qui n’y soit pas – le temps, l’espace, la terre, la pluie, les minéraux du sol, le soleil, le nuage, la rivière, la chaleur. . . Tout coexiste avec cette feuille de papier. Voilà pourquoi je pense que le mot « inter-être » devrait être dans le dictionnaire. 

« Etre, c’est inter-être ». 
Vous ne pouvez pas « être » simplement par vous- même. 
Vous devez forcément inter-être avec toutes les autres choses. 

Cette feuille de papier est parce que tout le reste est. Supposez que nous essayions de retourner un seul de ces éléments à sa source. Supposez que nous renvoyions sa lumière au soleil. Pensez-vous que l’existence de cette feuille de papier soit alors possible ? Non, sans la lumière du soleil, rien ne peut exister. Si nous retournions la bûcheron à sa mère, nous n’aurions pas non plus de papier. Le fait est que cette feuille est uniquement constituée d’éléments « non-papier », et que, si nous retournions ces éléments « non-papier » à leurs sources respectives, il n’y aurait alors plus de papier du tout. Sans ces éléments « non-papier », tels que l’esprit, le bûcheron, la lumière du soleil, etc., il n’y a pas de papier. Aussi fine que soit cette feuille, elle contient en elle-même tout l’univers. » 

Le Coeur de la Compréhension, édition du Village des Pruniers, pp. 7-10 
Thich Nhat Hanh

Thich Nhat Hanh- Time Magazine

Le moine qui a enseigné au monde la pleine conscience attend la fin de cette vie

PAR LIAM FITZPATRICK / HUE, VIETNAM  

24 JANVIER 2019
méditation de pleine conscience
Thich-Naht-Hanh, monastère le village des Pruniers. Photo non datée
 

Dans un temple bouddhiste à l’extérieur de Hue, Thich Nhat Hanh, 92 ans, capitale du Vietnam, est arrivé à une «transition» discrète, comme le disent ses disciples. Le moine souffrant, cité par les présidents et salué par Oprah Winfrey comme «l’un des leaders spirituels les plus influents de notre époque» – refuse les médicaments prescrits après un accident vasculaire cérébral en 2014. Il repose dans une villa au 19ème siècle Hieu Pagoda, en attente de libération de la nature cyclique de l’existence.

À la porte, les fidèles prennent des photos. Certains sont partis d’Europe pour avoir un aperçu de Thay, comme ils l’appellent, utilisant le mot vietnamien pour enseignant. Depuis son arrivée le 28 octobre, il a fait plusieurs apparitions dans un fauteuil roulant, accueilli par des centaines de pèlerins, bien que les pluies et sa fragilité les aient en grande partie arrêtées. Par un après-midi humide de décembre, les stores ont été retirés afin que TIME puisse observer le moine en train de recevoir la visite de deux diplomates américains. Le maître zen, incapable de parler, semblait pouvoir respirer à tout moment. Sa chambre est dépourvue de tout mobilier simple. Né Nguyen Xuan Bao, il a été banni dans les années 1960, lorsque le gouvernement sud-vietnamien a qualifié de traître son refus de cautionner la guerre contre le communisme. Il est maintenant de retour dans le temple où il a prononcé ses vœux à 16 ans, après 40 ans d’exil.tro ve – «revenant» – dans son propre coup de pinceau.

lire l’article 

Voyage en pleine conscience – la bande annonce

Un très beau film.

Simple,    profond,    beau , intelligent,   parfois drôle   et qui parvient à saisir l’essence profonde de ce lieu si insolite , le village des pruniers, centre de pratique de  pleine conscience situé dans le sud ouest de la France et fondé par le maître zen Thich Nhat Hanh.

Sortie en salles : le  30 mai 2018.
Réalisé par: Marc J Francis , Max Pugh. Durée: 01h34.

Classement CNN des 10 meilleurs centres de retraite dans la monde

La chaine CNN travel vient d’établir une liste des 10 meilleurs lieux de pratique de la méditation dans le monde

Classement Juin 2017

En tête, le Spirit Rock Center en Californie / USA  et le Village des Pruniers, centre de pratique dans la sud de la France…

A propos de l’instant présent …

Faire la vaisselle.

Thich Nhat Hanh
« La sérénité de l’instant »

apprendre à méditer au quotidien avec la méditation de pleine conscience

 

Pour moi, l’idée selon laquelle faire la vaisselle est une corvée n’est juste que pour celui qui n’est pas en train de la faire. Une fois que vous êtes debout devant l’évier, les manches retroussées et les mains dans l’eau chaude, c’est vraiment très agréable.

Continuer la lecture de A propos de l’instant présent …

La sérénité de l’instant Thich Nhat Hanh

Sylvie Chabas, Atelier de méditation de pleine conscience Paris - MBSR
La sérénité de L’instant – Thich Nhat Hanh

 

Faire la vaisselle … p 41

Extrait

« Pour moi, l’idée selon laquelle faire la vaisselle est une corvée n’est juste que pour celui qui n’est pas en train de la faire. Une fois que vous êtes debout devant l’évier, les manches retroussées et les mains dans l’eau chaude, c’est vraiment très agréable. J’aime prendre le temps de laver chaque assiette, d’être pleinement conscient  de chaque plat, de l’eau et du mouvement de mes mains. Je sais que si je me dépêche pour manger mon dessert plus vite, le temps passé à laver la vaisselle sera désagréable et ne vaudra pas la peine d’être vécu. Ce serait dommage car chaque minute, chaque petit bout de vie est un miracle. Les assiettes elles-mêmes et le fait que je suis en train de les laver sont un miracle !

Si je suis incapable de laver la vaisselle dans la joie, si je veux finir plus vite pour pouvoir aller manger mon dessert, je ne profiterai pas de mon dessert non plus. La fourchette à la main, je penserai à ce que je vais faire ensuite. La texture et la saveur du dessert, tout comme le plaisir de la dégustation, tout sera perdu. Chaque pensée, chaque action au soleil de la conscience devient sacrée. Dans cette lumière, aucune barrière n’existe entre le sacré et le profane. Je dois avouer que je mets un peu plus de temps à laver la vaisselle. Mais je vis chaque moment et je suis heureux. Laver la vaisselle est à la fois un moyen et une fin- c’est à dire qu’on ne lave pas la vaisselle pour avoir des assiettes propres, mais aussi juste pour laver la vaisselle, pour vivre pleinement chaque instant où l’on lave la vaisselle. »

Thich Nhat Hanh, moine bouddhiste vietnamien - Méditation techniqueThich Nhat Hanh, moine bouddhiste vietnamien. Ecrivain, poète et  inlassable défenseur de la paix. Il a fondé le village des Pruniers dans le sud de la France et figure parmi les personnalités les plus engagées du bouddhisme dans le monde occidental après le Dalaï Lama.

Au coeur de la tourmente, la pleine conscience

L’ouvrage phare de John Kabat Zinn  paru en 1980 dans au_coeur_tourmentesa première édition. Dense et accessible, ce livre consigne les fondamentaux du programme MBSR développé à la clinique de réduction du stress du Centre Médical de l’université du Massachusetts  Plusieurs centaines de milliers de patients ont, depuis sa création, suivi le programme. Cet ouvrage est préfacé par Christophe André, célèbre psychiatre français, qui utilise ces techniques. Cet enseignement de la « pleine conscience  » (Mindfulness) nous amène à vivre d’instant en instant, ce qui permet de réduire le stress, l’anxiété et la douleur, et de vivre autrement la souffrance et la maladie.