Méditer fait du bien au cerveau – article paru dans Les Echos ( sept 2019 )

Le neurologue belge Steven Laureys publie chez Odile Jacob un livre très accessible montrant tous les bienfaits de la méditation sur notre esprit. Le moine bouddhiste Matthieu Ricard a été son cobaye avant de devenir son préfacier.

 

la méditation et ses effets sur le cerveau
MATLAB Handle Graphics

Les livres sur la méditation font florès. Mais  « La Méditation, c’est bon pour le cerveau » (Odile Jacob, septembre 2019) se détache du lot, en ce sens qu’il est signé par un neurologue mondialement réputé. Le Dr Steven Laureys dirige, au CHU de Liège, le Centre du cerveau. Spécialiste du coma et des états de conscience altérés, il fait le point sur tout ce que la neurologie a pu apprendre et démontrer au sujet des bienfaits de cette pratique héritée du bouddhisme sur notre matière grise et notre état mental. Passionnant.

Votre livre illustre l’intérêt que la méditation, sous ses différentes formes (« de concentration sur la respiration », « de pleine conscience »), commence à susciter dans la communauté neuromédicale. Où en sont les recherches sur ce que vous appelez les « neurosciences contemplatives » ?

 

On constate depuis le début des années 2000 une montée en flèche du nombre d’études sur la méditation. Rien que l’an dernier, on a recensé plus de 1.200 articles scientifiques sur la seule méditation de pleine conscience, ce qui traduit à l’évidence un intérêt réel et grandissant. Cela dit, du point de vue méthodologique, toutes ces études ne se valent pas, il y a à boire et à manger. Si l’on ne considère que les études cliniques, plus lourdes à mettre en place mais aussi plus rigoureuses et plus solides, la méditation est encore loin de faire jeu égal avec la médication ! Un peu plus de 1.300 études cliniques lui ont été consacrées au cours des vingt dernières années, un chiffre à comparer aux 4.500 études cliniques conduites en moyenne chaque année sur les antidépresseurs. A l’évidence, on ne peut pas attendre de l’industrie pharmaceutique qu’elle consacre autant d’argent à la méditation, qui représente pour elle un retour sur investissement nul, qu’au développement de nouvelles molécules. La médecine d’aujourd’hui néglige encore trop les alternatives à la pharmacopée, qu’il s’agisse de la méditation ou d’autres techniques. Je suis convaincu que la médecine de demain sera plus globale, plus intégrative : elle piochera plus volontiers dans une boîte à outils qui contiendra les médicaments, car il est évident que ceux-ci sont parfois nécessaires, mais ne s’y limitera pas.

Pour les expériences que vous avez menées à Liège, vous avez bénéficié d’un cobaye de choix en la personne de votre ami le moine bouddhiste Matthieu Ricard, qui compte plus de 60.000 heures de méditation au compteur. Ce n’est pas vraiment Monsieur Tout Le Monde…

La présence de Matthieu Ricard était pour nous, scientifiques, une opportunité extraordinaire, et il faut se féliciter que des êtres d’exception comme lui acceptent de quitter leur monastère pour venir de temps en temps s’enfermer dans nos labos. Evidemment, comme vous le dites, Matthieu n’est pas exactement Monsieur Tout-le-monde. Mais, en même temps, quand on entreprend de mesurer avec nos instruments – IRM structurelle et fonctionnelle, PET Scan, électroencéphalographie (EEG), etc. – les effets de la méditation sur le cerveau, il est plus facile de les détecter et de les décrire précisément si l’on a affaire à un grand athlète de l’esprit, à un médaillé d’or olympique de la méditation, qu’à un simple novice. En neurologie comme dans d’autres sciences, c’est bien souvent par l’étude des « cas extrêmes » qu’on fait progresser les connaissances. Cela dit, nombre d’études montrent – et c’est le message numéro un de mon livre – que la méditation commence à avoir des effets positifs sur le cerveau dès les premiers exercices. Il suffit de s’y mettre, et c’est à la portée de tout un chacun. Pas besoin de devenir moine bouddhiste !

Ces effets, justement, quels sont-ils ?

Ils se manifestent à un triple niveau. Sur la structure même du cerveau, d’abord : il est fascinant de constater, grâce à l’imagerie, que la pratique de la méditation se traduit in fine par un épaississement de la matière grise dans des zones déterminantes pour l’attention (cortex cingulaire et préfrontal), la régulation interne de nos émotions (insula et amygdale) et la mémoire (hippocampe). Sur la connectivité du cerveau, ensuite : la matière blanche, ces faisceaux d’axones myélinisés qui interconnectent les neurones formant la matière grise, est elle aussi renforcée par la méditation. Je peux vous dire que, pour un septuagénaire, Matthieu a une matière blanche exceptionnelle ; les deux hémisphères de son cerveau, notamment, sont beaucoup mieux connectés entre eux que ce à quoi on peut s’attendre de la part d’un homme de son âge. Le troisième et dernier niveau auquel on perçoit par imagerie les effets de la méditation est celui de l’activité cérébrale elle-même.

A cet égard, vous vous arrêtez assez longuement dans votre livre sur une étude publiée en 2004 dans la prestigieuse revue « PNAS »…

Oui, car c’était une étude remarquable, qui a fait date. Elle impliquait d’ailleurs déjà Matthieu Ricard qui en a été l’un des co-signataires avec Antoine Lutz, un chercheur de l’Inserm à Lyon que je considère comme le pionnier, en France, des études de neurosciences sur la méditation. Elle montrait que le cerveau d’un patient en train de méditer émet plus d’ondes gamma que la normale. Ces ondes électriques de très haute fréquence (supérieure à 35 Hz) que sont les ondes gamma témoignent d’une activité cérébrale intense, par exemple lorsque nous accomplissons une action qui met tous nos sens en éveil. L’activité électrique enregistrée sur le cerveau des grands méditants montre une plus grande présence d’ondes gamma, quelle que soit la tâche effectuée. La même étude mettait aussi en lumière, chez ces sujets, une activité très intense au niveau du cortex préfrontal gauche par rapport à la partie droite, ce qui a été interprété comme la preuve d’une capacité très développée à ressentir des affects positifs. En cas de dépression, c’est souvent l’inverse qui se présente.

Votre propre groupe, à Liège, a lui aussi été à l’origine d’une première mondiale, résumée dans une étude parue l’an dernier dans « Brain Stimulation » et également co-signée par Matthieu Ricard…

Oui, et je peux vous dire que le jour où nous avons pour la première fois réalisé cette expérience, nous avons eu le sentiment de vivre une journée historique ! Lorsque vous allez chez votre généraliste et qu’il vous tapote le genou avec un petit marteau, votre jambe bouge sans que vous n’y puissiez rien : c’est un réflexe. Notre expérience consiste à faire un peu la même chose avec le cerveau. Avec une espèce de maillet placé sur le dessus de la tête et envoyant de puissantes ondes magnétiques, on a activement stimulé une zone précise du cerveau de Matthieu et observé comment celui-ci réagissait. Ce test, très robuste, a déjà été pratiqué sur des centaines de sujets « ordinaires » et, à chaque fois, on a pu constater que le cerveau ainsi soumis à ce choc externe s’en trouve perturbé, il réagit d’une façon quasi « réflexe », sans que la volonté du patient n’y puisse rien. Sauf dans le cas de Matthieu Ricard. Sa longue pratique de la méditation lui a donné un tel contrôle de son esprit qu’il a été capable, pour la première fois dans l’histoire de la neurologie, d’influencer ce test, et dans deux sens opposés !

Qu’entendez-vous par « dans deux sens opposés » ?

Dans la théorie de l’information intégrée de mon ami le neuroscientifique Giulio Tononi, dont ce test est dérivé, le degré de conscience est exprimé par un chiffre variant de 0 à 1. Pour un état cérébral donné, ce degré de conscience reste constant, un sujet n’a pas de prise sur lui ; il diminue en revanche de deux tiers si ce sujet entre dans un sommeil profond et sans rêve, ou s’il subit une anesthésie générale, ou si un accident le plonge dans le coma. Mais lorsque Matthieu est entré, à notre demande, dans une méditation de pleine conscience, les enregistrements de son activité cérébrale effectués parallèlement au test du choc externe ont révélé un degré de conscience supérieur à la valeur attendue. A l’inverse, lorsque nous lui avons demandé de se mettre dans un état d’« opacité cognitive auto-induite » – disons, pour simplifier, une sorte d’état zombie -, nous avons pu constater qu’il avait très vite réussi à faire descendre nos valeurs mesurées. Cela dit, j’insiste sur le fait qu’il s’agit là d’un résultat exceptionnel, dont seuls des champions de la méditation sont capables.

Et pour les autres, les débutants ?

La méditation produit là aussi des effets sur le cerveau, de plus en plus d’études le montrent sans ambiguïté. Le cerveau n’est pas un muscle, mais il est doué d’une formidable propriété – la plasticité – qui rend la comparaison avec un muscle pertinente. Pratiquer telle ou telle forme de méditation permet de « muscler » telle ou telle zone de son cerveau. C’est comme pour le sport, un terme tout aussi générique que celui de méditation. On ne renforce pas les mêmes muscles selon que l’on soulève des haltères ou que l’on fait un jogging. On choisit une discipline sportive en fonction du bénéfice que l’on souhaite en retirer. Il en va de même avec la méditation, dont il existe de multiples formes. Mais toutes ont des effets bénéfiques sur le cerveau, que l’on soit malade ou en bonne santé, que l’on aille mentalement bien ou pas…

Yan Verdo 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *