Archives du mot-clé Santé

La méditation peut-elle contribuer au «bien vieillir» ? – Le Figaro 23/09/16

mbsr-pleine-conscience-mindfulnessLa méditation serait associée à une amélioration des capacités cognitives, principalement l’attention et les fonctions exécutives, mais aussi la mémoire, qui sont les fonctions les plus sensibles à l’âge.

AVIS D’EXPERT – Un entraînement mental à la régulation du stress et des émotions permettrait d’améliorer la santé mentale des seniors, soutient Gaël Chételat, directrice de recherche Inserm.

La question du bien vieillir occupe une place grandissante dans notre société. Ainsi, le nombre de personnes âgées de plus de 65 ans en Europe devrait passer de 86 millions (18 % de la population) en 2005 à environ 120 millions (24 %) en 2040. Comme l’incidence des problèmes de santé augmente avec l’âge, cette croissance du nombre de seniors représente un enjeu social et économique majeur pour les sociétés européennes. Par exemple, plus de 50 % des personnes âgées ont des problèmes de sommeil, 10 à 15 % sont atteintes de dépression, et 7 à 10 % développent une démence (Jané-Llopis and Gabilondo, 2008). Continuer la lecture de La méditation peut-elle contribuer au «bien vieillir» ? – Le Figaro 23/09/16

Mindfulness, Le bonheur est dans le présent – 3 Mars 16 E.sante.fr

meditation-mbsr-pleine-conscience-paris-sylvie-chabasLa méditation Pleine Conscience n’est pas une pratique de relaxation ou une méthode antistress. C’est une technique qui apprend à être dans le réel de l’instant, un antidote à la « pollution attentionnelle » croissante à laquelle nous sommes soumis. C’est aussi un moyen de prendre soin de soi, de mieux gérer la douleur, l’anxiété et la dépression. Méditer c’est, d’une certaine manière, se soigner.

La Pleine Conscience, une méditation laïque

La Pleine Conscience, aussi connue sous le nom de « Mindfulness », est la technique de méditation qui monte. La méditation Pleine Conscienceest un univers très vaste souvent teinté de spiritualité et de religion. Ce qui caractérise la Pleine Conscience, c’est son approche laïque, codifiée et validée par des études scientifiques. C’est en quelques sortes le « noyau central » de toutes les techniques de méditation. Il s’agit de s’entraîner à poser son esprit dans l’instant présent (le corps, le bruit…) et non dans le virtuel de ses pensées, d’arrêter un instant sa course pour prendre conscience de ce qui se passe en soi et hors de soi, ne pas être dans l’anticipation (projets, difficultés) ni dans la rumination (échecs etc.), que celle-ci soit dirigée vers le futur ou le passé. La méditation Pleine Conscience » a été codifiée il y a près de 30 ans par le biologique américain Jon Kabat-Zinn, version laïque d’une approche religieuse : la méditation boud­dhiste. Continuer la lecture de Mindfulness, Le bonheur est dans le présent – 3 Mars 16 E.sante.fr

Presse : Méditation et Santé

.Le Figaro Sept 2016 :
La méditation peut-elle contribuer au « bien vieillir » ? – Le Figaro 23/09/16
La méditation serait associée à une amélioration des capacités cognitives, principalement l’attention et les fonctions exécutives, mais aussi la mémoire, qui sont les fonctions les plus sensibles à l’âge.

. Le Monde ( Avril 2015 )
Dépression : la méditation, une alternative aux antidépresseurs en cas de rechute 
Les thérapies fondées sur la « méditation de pleine conscience » ( type MBCT Mindfulness Based Cognitive Therapy ou Thérapie Cognitive basée sur la Pleine Conscience ) sont une « alternative » aussi efficace que les traitements standard avec antidépresseurs contre les rechutes dépressives, selon une étude publiée dans la revue médicale The Lancet

. Le Nouvel Observateur ( Janvier 2014 )
Dossier : Guérir par la pensée (PdF 5,3 Mo)

. L’Express (  Mai 2013)  L’anxiété. Comment en sortir?  Les conseils du gourou de l’Amérique : Pr Jon Kabat- Zinn   (Pdf 1,4 Mo ) Continuer la lecture de Presse : Méditation et Santé

Témoignages de participants

Atelier et cours de méditation de pleine conscience sur Paris Boulogne - Apprendre les technique pour méditer facilement
 « C’est un grand bonheur pour moi d’avoir fait ce MBSR avec Sylvie. J’ai la sensation qu’un monde s’ouvre à moi. J’ai ressenti combien cette pratique est enrichissante et me permet de toucher à l’essentiel en quelques respirations. »
Virginie … ( Juin 2017 ) 

 

« Ce stage de pleine conscience m’a apporté des outils pour mieux gérer mes émotions, mon stress. M’a aidé à prendre conscience que je ne vivais jamais au présent mais au passé et au futur. J’arrive maintenant à reconnaitre les émotions qui me traversent et à temporiser.
C’est une vraie découverte. Depuis la fin du stage, j’ai intégré la méditation dans ma vie de tous les jours. Je conseille vivement d’essayer, cela ne peut que faire du bien. Un grand merci à Sylvie pour sa patience et sa grande sensibilité et au centre Qee pour l’accueil du stage dans un cadre très agréable. »
Sonia…( Mars 2017) 

 

« Grâce à l’enseignement prodigué par Sylvie au travers du programme MBSR, j’ai l’impression d’avoir enfin levé le nez sur la vie. Je la regarde différemment, avec beaucoup plus de curiosité, de bienveillance et de sérénité.  Je suis capable d’identifier plus facilement les émotions qui me traversent et progressivement je sens que je me dirige vers LA voie, c’est-à-dire celle sur laquelle j’ai envie d’être. Ce n’est pas une révolution mais ce sont des petites choses qui forment un tout presque infini. Pour ne pas paraître prétentieuse en disant à quel point je me sens grandie je préfère dire que je me sens enrichie d’un nouvel élan. Ne rien faire était auparavant une immense source d’angoisse et bien sûr à l’époque je n’imaginais pas qu’il était possible d’apprendre à ne rien faire. Car c’est aussi ça la méditation, savoir se poser, ne rien faire, juste se sentir être. Et lorsque l’on a appris à faire cela, c’est fou comme l’on se sent allégé d’un poids. Après ce programme, je vais donc continuer à cheminer sur ma voie pour découvrir ce que la méditation va continuer à m’apporter, sans but précis, sans rien attendre de particulier, juste découvrir et apprécier. »
Thyphaine… ( Novembre 2016 )

 » Pendant ce programme de 8 semaines tout en douceur, j’ai pris conscience et appris à discerner mes pensées,  émotions et sensations physiques pour une plus grande prise de recul sur les situations que je vivais. La pratique quotidienne de méditation est bienfaisante : je sens nettement la différence des journées avec et des journées sans. C’est devenu un rituel dans ma vie. Avec la pratique, l’attention et la présence aux autres se renforcent. Bienveillante et encourageante, Sylvie nous transmet sa passion du bien-être et de l’ouverture au monde par la méditation en pleine conscience ». Marie… ( Juin 2016 ) 

 

« Grâce au stage de MBSR j’ai profité de mes vacances d’été à 100% chaque seconde. La pratique est devenue tellement indispensable qu’elle s’est imposée dans mon quotidien. S’en passer serait retourner à un quotidien stressé et dépourvu de sens . Je prends garde désormais aux signes de détresse de ma respiration, des tensions de mon dos et j’ai des outils pour réparer tout ça . J’étais venu juste pour me détendre et c’est moi-même que j’ai enfin rencontré  » Frédérique… ( Juin 2016 ) 

 

 

Quels sont les effets de la méditation pleine conscience sur le cerveau ? 20/02/16 Science Post

meditation-mbsr-mediter-paris-boulogneSouvent sollicitée pour ses vertus thérapeutiques liées au stress, la méditation pleine conscience ne cesse de fasciner le monde scientifique. Mais cette pratique fonctionne-t-elle réellement ? Une équipe de chercheurs de l’université Carnegie Mellon aux États-Unis aurait démontré que la méditation augmente des connectivités dans le cortex préfrontal et diminue le taux d’interleukine 6, connue comme le biomarqueur de l’inflammation.

Étape fondamentale du bouddhisme, la méditation pleine conscience a été importée aux États-Unis dans les années 50 où elle a trouvé plusieurs applications en psychologie et en thérapie comportementale. Vantée pour ses bienfaits contre le stress et la dépression, cette pratique consiste à se focaliser sur le moment présent et à analyser les sensations ressenties. Comment cela fonctionne-t-il ?

Pour y répondre, David Creswell, co-auteur de la publication, et son équipe de chercheurs ont mené une étude auprès de 35 personnes en recherche d’emploi avec un niveau de stress élevé. Les volontaires ont été séparés en deux groupes : une partie a suivi un entraînement à la méditation pleine conscience pendant trois jours, tandis que l’autre n’a pratiqué que de la relaxation classique. Les 35 personnes ont été soumises à un scanner cérébral au repos, 5 minutes avant et après l’entraînement. Des prélèvements sanguins ont également été effectués avant le programme puis quatre mois après.

Un changement structurel cérébral

Bien que la cohorte semble de petite taille, les résultats obtenus sont intéressants. La méditation pleine conscience semble avoir des effets sur la structure du cerveau. En effet, les scanners effectués chez les personnes ayant pratiqué la méditation pleine conscience révèlent une augmentation des connectivités dans le cortex préfrontal dorso-latéral. Cette zone est connue pour être impliquée dans l’attention et les fonctions exécutives, qui contrôlent le comportement. Le groupe de relaxation ne présente pas ces changements.

Par ailleurs, les tests sanguins montrent une réduction du taux d’interleukine-6, un biomarqueur de l’inflammation, chez les méditants. Ces résultats confirment donc le rôle que joue la méditation pleine conscience dans la capacité du cerveau à réorganiser les réseaux neuronaux. « Nous pensons que ces changements au niveau cérébral fournissent un marqueur neurobiologique d’un meilleur contrôle exécutif et d’une meilleure résistance au stress, de telle manière que la méditation pleine conscience améliore la capacité du cerveau à nous aider à gérer ce stress », estime David Creswell.

La méditation pleine conscience semble donc faire autant de bien au corps qu’à l’esprit. Et comme le disait le célèbre violoniste et chef d’orchestre Yehudi Menuhin, « Il n’est pas nécessaire de méditer au nom de Jésus, de Bouddha ou de qui que ce soit. Il suffit de méditer, tout simplement. Méditer. » De quoi enfin tous nous motiver.

Par Dylan Beiner-Molière

Lire l’article complet paru sur Science Post le 20 février 2016

Le bon karma de la méditation Grazia (février 2016)

sylvie chabas meditation pleine conscience centre Qee Paris Boulogne

Méditer n’est définitivement plus une activité réservée aux hippies et aux hipsters. Tout le monde s’y met. Et chaque jour un peu plus…

En août, ils ont dû refuser plusieurs centaines de personnes, la ferme urbaine perchée sur un toit-terrasse de Brooklyn étant pleine à craquer. En septembre, la rencontre était organisée sur un bateau amarré sur l’Hudson, il a fallu encore frustrer quelque 700 personnes inscrites sur liste d’attente pour que l’embarcation ne coule pas. Même embrasement début décembre dans l’auditorium de la New York Society for Ethical Culture. Le Big Quiet, un happening en silence et en tailleur, n’a pas un an, mais chacune de ses manifestations affiche complet. La méditation est en train de conquérir l’Ouest.

En février 2015, le magazine Time consacrait sa une à cette discipline introspective en la présentant comme une vraie révolution. Un an plus tard, c’est un raz de marée, « une lame de fond« , confirme Sylvie Chabas qui mène des méditations de pleine conscience (ou Mindfulness) au centre Qee à Paris.

Article paru dans Grazia rédigé par julie Lastérade  et auquel j’ai participé 

Recherche scientifiques : Méditation et immunité

Meditation-pleine-conscience-ImmunitéUne étude publiée en 2003 par Richard Davidson et Jon Kabat-Zinn  » Alterations in brain and immune function produced by mindfulness meditation » a mis en lumière le lien entre méditation et immunité.

 L’étude en question consistait à enregistrer l’activité électrique du cerveau de sujets en bonne santé avant et après un entraînement à la méditation de pleine conscience, lequel se présentait sous la forme d’un programme de réduction du stress MBSR mis au point par Jon Kabat-Zinn.

Un premier enregistrement électroencéphalographique fut effectué juste avant le début du programme-c’est à dire au bout de huit semaines d’entraînement à la pleine conscience – et un troisième quatre mois plus tard. Les résultats obtenus furent sans équivoque : comparés aux sujets d’un groupe contrôle qui n’avait pas suivi l’entraînement MBSR, les individus ayant pratiqué la pleine conscience affichaient une augmentation significative de l’activation de leur cortex préfrontal gauche, au repos et dans des situations stressantes .

Cette augmentation était associée à une amélioration de l’humeur globale, à une diminution du niveau d’anxiété, à une plus grande capacité à rester positif dans des circonstances négatives , à une facilité accrue à trouver des  solutions aux conflits et aux difficultés, à un plus grand dynamisme et à un meilleur engagement dans le travail. Et fait remarquable, tous ces changements ont persisté jusqu’à à la fin de l’étude , c’est à dire quatre mois après l’arrêt de l’entraînement à la pleine conscience. De plus, Davidson et Kabat-Zinn ont observé, chez les individus entraînés à la MBSR, une corrélation étroite entre l’accroissement de l’activité du cortex préfrontal gauche et l’augmentation de la production d’anticorps par le système immunitaire . En conclusion , cette étude montre que l’entraînement à la pleine conscience accroît les défenses de l’organisme  et joue un rôle régulateur de première importance au niveau des mécanismes psycho-corporels impliqués dans le développement des maladies et la préservation de la bonne santé.

Extrait de l’ouvrage de Thierry Janssen / Le défi positif

(Ed Les liens qui libèrent )